Mon parcours

Avant de me lancer en tant que rédacteur Web / community manager freelance, j’ai eu un parcours original, qui m’a permis de toucher à de nombreux domaines et de voir de nombreuses facettes du métier de communiquant.

Disclaimer : si cette page met du temps à se charger, le coupable sera sans doute le poids des années mortes abordées avec nostalgie dans ces quelques lignes. Le ton est posé, passons aux choses sérieuses !

Ma formation : from big books to Facebook (2009-2014)

Bac L en poche, je commence ma vie d’adulte par deux années de réclusion prépa’ littéraire (Hypôkhâgne et Khâgne), suivies d’un an d’université pour valider une licence de Lettres Modernes et quitter mon Sud natal : coucou Lyon !
Ensuite ? Je trahis la noble littérature pour me vautrer dans la communication : deux années de Master (communication des organisations) qui me font découvrir des gros mots comme “SEO”, “e-réputation” et surtout “community management”.

Je réalise mon stage de fin d’étude dans une agence de com’ lyonnaise en tant que CM / rédacteur Web. Tout ébaubi, je découvre le monde de l’entreprise, les responsabilités et (surprise) des façons concrètes d’exploiter mes modestes capacités littéraires. Après six mois de découvertes en tous genres, on me propose de rester à un poste légèrement différent…

Début de carrière : l’œil et la plume (2014-2018)

En 2014, j’évolue vers un poste fixe de veilleur / rédacteur Web : mon agence lyonnaise est équipée d’un pôle “e-réputation” et suit de très nombreuses données dans de multiples secteurs et pour de beaux clients. Mon rôle de veilleur : rendre cette “data” intelligible, et la présenter dans des rapports élégamment rédigés. Parler avec aisance de santé, de cosmétiques et de “food” devient mon dada.

En plus de ce travail pour nos clients, j’aide à promouvoir l’agence et ses atouts, au premier rang desquels notre compétence en e-réputation. En effet, j’écris des articles qui analysent les grandes tendances de la communication, de la société et de la culture pop’ en utilisant nos outils de veille. Vous trouverez certains de ces billets dans la rubrique dédiée.

Les zombies : de dircom’ bénévole à chef de projet événementiel (2014-2020)

Et les réseaux sociaux, me direz-vous ? À la fin de mes études, un ami lance un événement original : Zomb’in The Dark, la course d’orientation en territoire zombie. Le concept est tout neuf, tout est à faire et je m’occupe de toute la communication de manière bénévole pendant 5 ans. Sans entrer dans le détail (je le fais ici), l’événement attire rapidement des centaines de participants, des milliers de sympathisants en ligne et l’attention de nombreux médias.

Le succès de notre événement grandit chaque année et nous fait passer le pas. En 2018, je passe donc de dircom’ bénévole à chef de projet événementiel professionnel. En plus de la communication, j’assure depuis deux ans la quasi-intégralité de l’organisation physique de l’événement.

Aujourd’hui, nos zombies sortent peu de chez eux : le climat actuel ne leur réussit guère. Mais ils restent tapis dans l’ombre, prêts à ressurgir à la première occasion !